Devenir professeur de yoga : rêve ou mirage ?

Depuis quelques années, le yoga est partout. Les stars des années 90 et les chercheurs en spiritualité du 19ème siècle ont préparé toute une révolution. Tu as envie de devenir professeur de yoga ? ok. C’est merveilleux. Mais voici mon analyse, que j’écris après la lecture de celle de Carine Castet, professeure de yoga à Toulouse. Elle a récemment publié un article sur ce sujet, qui noue l’estomac, mais c’est la vérité pour beaucoup de professeurs de yoga. Et ça a été mon cas. A la grande question, peut on gagner sa vie en tant que professeur de yoga, voici ma réponse. Poses toi cette question fondamentale si tu veux gagner ta vie en tant que professeur de yoga : où est l’argent ?

Avant d’être professeur de yoga, tu seras entrepreneur

Cela veut dire qu’il faut que tu connaisses ton marché: ta ville, ta clientèle, les gens que tu as envie de toucher mais aussi le marché du yoga, du bien être de manière générale.

Il est nécessaire donc de bien bosser son marketing et sa communication, car mettre un flyer sur la boulangerie du coin ne suffira pas. Mais alors pas du tout !!

Pour plus de visibilité, c’est super important de créer des partenariats. Des gens complémentaires à la clientèle complémentaire, qui vont t’apporter de la visibilité, et inversement et des élèves potentiels.

Et prépares toi psychologiquement, car derrière l’apparence peace and love, et bien être, il y a une sacrée concurrence qui s’est développée dans le secteur du service et du bien être et pas toujours dans la bienveillance je dois dire….

Mon bilan d’auto entrepreneuse : je suis dégoutée à vie du statut d’indépendante. Sur 20 euros l’atelier de yoga par personne, il faut enlever 26% de charges, + 10% de frais de transport, + 10% de frais de location de salle, + 5% pour l’assurance à l’année, + 5% de taxe foncière des entreprises (j’ai payé 285 eros cette année, ouch ! ) et 10% d’imprévu. Autant te dire, qu’il ne te reste rien. Il va falloir le remplir l’atelier pour pouvoir tirer un bénéfice et à terme un salaire.

Etre autoentrepreneur, c’est 60H de boulot au début, les premières années. Entre la communication (créer des affiches, aller les poser créer un blog, écrire dessus, régulièrement au moins une fois par semaine, poster sur les réseaux sociaux, au moins 3 réseaux différents) , rencontrer des partenaires, créer des évènements, régler les problèmes avec l’administration française (parce qu’il y en a toujours !!! et je croie que c’est ça qui prends le plus d’énergie), continuer un peu à se former, donner les cours, prendre les transports ou sa voiture pour aller à un autre cours à l’autre bout de la ville, racheter du matériel…. Tu fais tout, tout seul au début. Et encore ma soeurette chérie m’a aidé pour la com en me faisant mes flyers et mes affiches.

Les grosses difficultés du jeune professeur de yoga

Voici toutes les erreurs que j’ai faites et que j’aurais aimé qu’on m’épargne :

  • Toutes les personnes que je connais qui ont pu gagner confortablement leur vie avec le yoga était en couple : monsieur ou madame assurait le loyer, la nourriture etc…  pour que le ou la professeur de yoga puisse faire son activité tranquille. Je ne te dis pas de te mettre en couple rien que pour ça hein 😉 mais j’aurais peut être du prendre une coloc il y a fort longtemps 😉
  • Le manque de préparation au marché : je me suis lancée littéralement sans grosse préparation. J’ai eu envie de suivre le mouvement je disais au début. J’ai fait le travail à l’envers, après avoir tout lâché à Paris, je suis descendue dans le sud, en me disant que j’allais monter mon centre de bien être. Hum hum. Et au bout d’un an, je me suis dit, bon je vais quand même prendre un job à mi temps pour avoir l’esprit plus serein pour réfléchir à mon projet. Résultat, au bout de 2 ans de tâtonnement, de recherches de locaux, d’études, j’ai abandonné l’idée d’avoir mon centre. Réfléchis bien à ton projet !! Et confronte ton projet avec la faisabilité. C’est bien d’avoir une vision, mais il faut qu’elle soit réalisable.
  • Les anciens professeurs de yoga sont parfois très réticents à parler leur expérience/salaire, et ne souhaitent pas toujours la bienvenue aux jeunes professeurs enthousiastes désireux de eux aussi changer le monde. Je me souviens de deux dames agressives au Yoga festival de 2013 où j’étais exposante. Ces dames n’étaient pas contente que je vienne d’une autre école, et m’ont lancé avec un regard méprisant “Vous ? vous êtes professeure de yoga ???”. Ok. Sympa l’ambiance ! Et ça veut transmettre l’amour et la lumière ça ? Tsssss
  • Le yoga est encore considéré comme un loisir, un hobby sympa à faire entre copines, et c’est malheureusement comme ça que c’est représenté sur Instagram et fb et compagnie : or au bout de quelques cours, les élèves se rendent bien compte qu’il s’agit d’autre chose. Et certains ne sont pas préparés à ce nouveau rapport au corps. Le yoga c’est du développement personnel, une recherche intérieure, un chemin vers Soi. Qu’il y ait du yoga goat, yoga bunny, yoga entre copines je trouve ça très bien, rigolo, rafraichissant. Mais quand on voit que ces cours font carton plein, et que les professeurs de yoga humbles et dévoués à une démarche plus spirituelle calèrent à remplir leur cours… ma foi, ça donne à réfléchir. Comment toi, est-ce que tu pourras “appâter le chaland” avec ton cours de yoga pour ensuite emmener tes élèves vers autre chose ? Quelque chose de plus profond ? C’est une question CLE !
  • Comme il n’y a aucun syndicat des professeurs de yoga, ni de fédération nationale ayant de réel poids, les professeurs de yoga ne sont pas unis face à l’Etat : les salaires sont tirés vers le bas, souvent par les jeunes entrants d’ailleurs,( voire pire, les anciens qui ont adopté le statut associatif pour ne pas payer de charge) et il n’y a aucune reconnaissance de l’Etat. Moralité, pour moi, le Yoga devrait être remboursé par la Sécurité Sociale, après un vrai travail de communication de la part d’une fédération nationale incluent TOUS les professeurs de yoga, où une immense étude scientifique serait financée et menée par un laboratoire de chercheurs français reconnus, pour démontre que Oui,, le yoga permet de vivre mieux et plus longtemps. Et pourquoi pas, soyons fou, WTF, je rêve d’un monde où le Yoga serait un département à part entière du ministère de la Santé. Quelle énergie espace conscience on pourrait tous être, pour que ça devienne possible ? ^^

Les trucs qui font que c’est le moment idéal

  • Le yoga est en train de devenir un mode de vie : on le voit, on met du yoga partout maintenant ! dans le thé, les plaids, la nourriture etc… le yoga se démocratise et c’est tant mieux.
  • C’est un métier qui fait changer : les professeurs de yoga évoluent dans leur pratique, leurs envies: grossesse, déménagement, ajout d’autre activité etc… on développe aussi une énorme souplesse dans la façon de voir la vie professionnelle. C’est mon cas ! Après 5 ans d’enseignement du yoga, je m’apprête à fermer mon statut autoentrepreneur, parce que 1: trop de boulot, 60H par semaine pour 2: payer des charges énormes à ce point, ça ne me convient plus. Et en plus, je vise maintenant l’étranger. Donc tu voies, quelqu’un part, tu arrives…
  • Il y a des ouvertures où avant c’était impossible : la prison, l’école, les entreprises, la réinsertion, l’hôpital… c’est d’ailleurs là où j’ai gagné plus d’argent : le yoga pour enfant à l’école, et en centre aéré pour moi devrait se développer puissance MILLE.
  • C’est d’ailleurs ma réponse à la question que je vous posais : où est l’argent ? Clairement 1: le contribuable (d’ailleurs on parle désormais davantage de contribuable que de citoyen tu n’as pas remarqué ?) a de moins en moins de pouvoir d’achat et 2: les gens ne sont pas éduqués financièrement (ils préfèrent acheter le nouveau smartphone ou un écran plat que de payer 1 an de yoga). Donc quels sont les autres sources d’argent possible pour ton activité de yoga ?

Conclusion…. ou pas 😉

Tu te poses la question, mais zut alors, je fais quoi ? Je le développe dans ma formation Se vendre en tant que professeur de yoga, un petit programme que j’ai crée personnellement et qui reprends tout : le marketing, la com, les réseaux sociaux, le positionnement, l’implantation, louer une salle ou pas etc, les tarifs, plus de 3H de vidéos en fait. Tu fais quoi ? Et bien gardes ton activité salariée au début, enseigne pour le plaisir, pour que tu rayonnes, pour que tu n’aies pas à te prendre la tête en sortant du cours à devenir rappeler l’Urssaf qui a paumé ton dossier, ou à compter tes sous pour calculer si tu pourras payer ta salle. Profites du temps de salariat pour mettre de l’argent de côté et le placer, pour avoir de quoi démarrer un statut de société.

Le statut d’autoentrepreneur est trop stressant pour moi, et a tué le plaisir que j’avais d’enseigner. Donc pour l’instant je met en pause. Je développe davantage aussi ma chaine youtube, ce que je trouve plus léger, et plus gratifiant: c’est ma manière d’enseigner à moindre coût (je tourne mes vidéos chez moi donc pas de salle à louer). Nous verrons dans 1 an où j’en suis. Pour l’instant ouvrir les yeux le matin et penser d’abord à MOI, faire ma méditation, mon yoga… sans penser à aucun business plan ou com… c’est le pied.

Si tu as toujours envie de devenir professeur de yoga, mais que tu préfères tester le terrain avec une formation abordable financièrement, je te propose de regarder souvent cette page : j’ouvrirai bientôt la formation que je propose, en ligne.

Diane Taes

mots clés utilisés pour la recherche :

  • devenir professeur de yoga
  • cours de yoga en ligne
  • formation professeur de yoga en ligne
  • formation professeur de yoga à distance

Republished by Blog Post Promoter

Leave your thought

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.