Star Wars : la voie du yoga

Tu as sûrement entendu parler de Star Wars, la saga culte de Georges Lucas. Et si tu as fait quelques cours de Yoga, ou si tu commences une formation de professeur de yoga, tu as senti quelques changements dans ta perception des choses et de la réalité qui t’entoure. Et s’il y avait un lien entre le Yoga et Star Wars ? Les films ont un tel succès… Pourquoi c’est peut être que le chevalier Jedi armé de son sabre laser sommeille en chacun de nous. Ce chevalier nous fait rêver, nous inspire à combattre pour la justice, et la liberté, en se dépassant. Et si Star Wars parlait de yoga, ou plutôt, de la véritable nature de l’être humain ? Et si Star Wars nous enseignait la loi du yoga ?

Temps de lecture : 10 minutes

Visuel : Rey dans Star Wars, Disney.

ARJUNA ET LUKE SKYWALKER, MEME COMBAT

Le parcours des deux héros est le même : ils sont tous deux menés par un mentor, qui les amène à passer de l’inertie à l’action passionnelle (hubris) puis à l’action désintéressée.

4ème épisode : Luke Skywalker est fermier, pris dans ses rêves. Il rêve d’un jour partir, mais finalement se satisfait bien de son sort et de sa petite routine. Or un évènement se produit : il intercepte le message de la princesse Leia, qui mène la résistance contre l’empire. Mais Luke refuse d’agir, pas manque de confiance en lui, et de courage. Cet état, on l’appelle en Yoga Tamas : c’est un état de léthargie, de lourdeur par lequel doit passer tout yogi. On se rend compte de notre difficulté à nous mettre en mouvement. Tamas “enchaîne par la négligence, l’indolence, et le sommeil” (verset 8, p 243)

Comme toi, quand tu sais que donner une conférence te ramènerait des clients, mais que tu n’y va pas, par peur et manque de confiance en toi. Comme nous tous, en voyant notre environnement se dégrader et continuer à consommer autant, en haussant les épaules à nous dire “A quoi bon, c’est pas moi qui pourrait changer tout ça de toute façon”.

L’univers fait bien les choses puisqu’il menace alors notre confort personnel pour nous faire bouger : nous sommes confrontés à des catastrophes naturelles en France, et Luke Skywalker affronte l’horreur, quand sa famille est massacrée par les troupes de l’Empire. C’est la passion qui l’aveugle alors, la colère, la rage : on appelle ça en yoga Rajas : les appétits, les pulsions, l’envie, le désir, tout ça vient à notre mental quand Rajas survient. En Grèce antique, on appelle ça l’hubris. L’avantage de Rajas c’est qu’il nous pousse à l’action, mais le problème est qu’il nous aveugle, et nous enferme : c’est rajas qui a transformé le mouvement des gilets jaunes en violence aveugle.

C’est aussi Rajas qui fait qu’on se lance dans un projet sans préparation, qu’on investit de l’argent dans une affaire fumeuse… pour finalement tout perdre, par manque de rationalité, et de conscience. Ne t’inquiète pas, Luke aussi est passé par là : dans l’épisode V, maître Yoda forme Luke Skywalker sur la planète Dagobah. En tant que maître, il lui déconseille de se lancer à la poursuite de Dark Vador. Ils lui demande de terminer d’abord sa formation, pour apprendre à maîtriser sa force (rajas) pour qu’elle devienne Force maitrisée et surtout dirigée vers l’action juste, le Dharma.

Les enseignements de Yoda, très proche du Yoga !

Le problème à se laisser guider par ses pulsions, son ego, c’est que ça se retourne toujours contre nous. Pourtant, Luke avait eu un avertissement. En entrant dans la grotte de la peur, qui est l’épreuve que lui impose Yoda avant son départ, pour lui prouver qu’il n’est pas prêt, Luke se bat contre ce qu’il croit être Dark Vador, mais qui est en fait… lui même. C’est bien beau de vouloir changer le monde, mais il faut d’abord dépasser la guerre en soi-même, et dépasser nos propres conflits.

La cave de la peur dans Star Wars

Le message est clair : affronte tes peurs, ta colère, ces parties de toi-même pour les pacifier, sinon tu seras vaincue. Car c’est d’abord contre nous-même que nous nous battons dans la vie. C’est ce qui arrive à Luke Skywalker quand il est confronté à Vador: il en ressort vaincu, amputé d’une main et doit reprendre sa formation de chevalier Jedi.

YODA UN VRAI GURU DE YOGA

Sur cette route, nous rencontrons au cours de notre vie des maîtres. Arjuna rencontre Krishna dans la Bhagavad-Gitâ, Luke Skywalker rencontre Obiwan Kenobi puis Yoda. De même, la relation entre un yogi et son guru n’est pas de tout repos. Le professeur nous demande de nous dépasser, en nous demandant de nous concentrer, et d’accomplir les postures que lui aura décidé. Et des postures complexes comme celles d’équilibre ou d’inversion :

La voie du Jedi, ce n’est pas juste une attitude méditative, un abandon de nos peurs, des soubresauts de notre ego, c’est aussi un entraînement physique, une acceptation de notre corps dans cette matière couplé à l’art de rester dans le moment présent: il nous permet d’accomplir tant de choses ! Partir au combat pour les Jedi, affronter notre réunion, droits dans nos bottes, de bon matin !

Accepter de suivre l’enseignement d’un maître ou d’un professeur de yoga, c’est accepter de lâcher prise. C’est le prélude à notre Dharma : notre abandon de nos désirs individuels et égoïstes pour accomplir notre Dharma. Dans la Bhagavad-Gîta, le dieu Krishna suspend le temps et explique à Arjuna la loi du Dharma : chacun a un rôle dans l’univers, une fonction, est partie du gigantesque puzzle. Arjuna étant un guerrier, il est de son rôle de défendre la cité d’Hastinapura, prisonnière des Kuravas.

LA LUTTE DU BIEN ET DU MAL

Certains disent que la notion du bien et du mal sont des notions occidentales. C’est faux : les démons et le mal existent aussi notamment dans la mythologie chinoise (les Tengus par exemple). Et dans la Bhagavad-Gîta, texte indien rédigé entre -600 et -100 avant Jésus Christ, on nous raconte qu’une ville, Hastinapura, justement est tombée aux mains des Kuravas. A eux s’opposent les Pandavas. Les deux clans vont donc s’affronter pour la ville d’Hastinapura. Or Hastin signifie “éléphant’: cet animal étant le symbole de la sagesse en Inde, la ville d’Hastinapura représente l’idéal de sagesse. Au début de la Bhagavad-Gîta, la ville est tombée aux main des Kuravas, qui sont les “méchants”. Pourquoi sont-ils méchants ? Parce qu’ils sont dominés par la passion, les pulsion, la soif de pouvoir, les bas instincts et ont conquis la sagesse par la ruse. La sagesse retenue prisonnière des forces du mal, ne peut rayonner dans le monde et attirer plus d’être humains. C’est donc aux Pandavas, dont Arjuna est le chef guerrier, de reprendre la cité : les Pandavas sont à l’opposé, guidés par l’action désintéressé et le souhait de respecter l’ordre.

La sagesse doit avoir été approchée par notre abandon de nos désirs, sinon notre Force est détournée à des fins obscures : le pouvoir, la cupidité, l’égoïsme. Travailler sur nous-même, faire du développement personnel en suivant des maîtres et des enseignants qui sont déjà passés par là, nous guide vers une voix de justice et du bien. Cela prends plus de temps, certes, mais la récompense est l’union avec l’univers. Nous trouvons en effet en cours de route notre Svadharma : “c’est ton destin” dit Yoda à Luke Skywalker quand celui-ci hésite face à la menace qui pèse face à la galaxie. C’est armé de la conscience et de la sagesse, et ayant pacifié toutes ces parties de nous-même que nous comprenons le sens, la direction de notre destin, et pouvons accomplir l’action juste : est-ce que détruire les vitrines des magasins a vraiment servi à quelque chose dans la lutte des gilets jaunes ? Pas sûr : les débats concertés en table ronde peut-être davantage.

Luke, une fois son enseignement achevé, choisit d’accepter son destin. Guidé par la compassion envers son père, Dark Vador, qu’il veut sortir du côté obscur, il va au devant de l’ennemi, dans une tranquille sérénité. Il n’est plus guidé par la haine, l’esprit de revanche qui obscurcit notre mental, mais par amour, pour les siens et le reste des êtres vivants qui méritent de vivre en liberté. Luke gagne le combat contre son père, et se voit alors offrir de prendre la place de Dark Vador aux côtés de l’empereur Palpatine. Mais Luke est passé au delà de Sattva et refuse le pouvoir : “celui qui accomplit, parce qu’il faut la faire, une action justement réglée, sans attachement à l’action ni aux fruits de l’action, sa renonciation est considérée comme sattvique” (verset 9, p 288 de la Bhagavad-Gîta.) Luke a atteint cet état de détachement ultime, l’éveil comme pourrait le formuler les bouddhistes.

Revenons un moment sur ce que dit la Bhagavad Gîta sur la nature du mal : le monde matériel est dominé par deux polarités de la force. D’un côté les énergie de nature déviques qui veulent la libération des êtres vivants, et de l’autre côté les énergies de nature asuriques qui conduisent à la servitude. Il y a d’un côté une force de construction et de destruction.

Les Pandavas gardent une “Absence de peur, tempérament pur… maîtrise de soi.. absence de courroux, calme…” (versets 1-3, p265). Voilà l’idéal auquel Arjuna, Luke Skywalker, mais nous-même aussi devons tendre. De l’autre côté, nous sommes tentés par notre ego ou des stimulus extérieurs comme la tv, ou les médias : “Laisse toi envahir par la haine, et ton voyage vers les forces obscures se terminera” disent Dark Vador et l’empereur Palpatine à Luke Skywalker. Pourquoi résister ? Parce que “…les hommes asuriques deviennent le centre ou l’instrument d’une action violente, féroce, titanique, puissante, de destruction dans le monde, fontaine de violence et de mal” (verset 9, p 267 de la Bhagavad-Gîta). L’empire dans Star Wars détient sa force grâce à des hommes qui se ressemblent tous, des clones (épisode 2) ou des robots !! Ces hommes déshumanisés obéissent sans discernement, terrifiés par Dark Vador, lui même homme machine. D’ailleurs Luke, s’étant laissé emporté par ses pulsions de colère, a perdu son 1er combat face à son père, et perds un main: remplacé par une main de robot, preuve de la possession du côté obscur sur lui.

Mais comme je le disais plus tôt, la lutte et la guerre commence en nous : à nous d’apprendre la maîtrise, et de maîtriser la polarité qui vise la destruction et le chaos pour la diriger vers le bien, Sattva. La dualité n’est pas le bien ou le mal mais deux facettes d’une même réalité, celle qui nous entoure. C’est en changeant notre mental, en le pliant à notre Esprit, à notre âme, que nous changerons de dirigeants : Dark Vador sacrifie sa vie pour sauver son fils et donc l’Alliance de la résistance. Il est ainsi ramené du côté des Sages : il redevient Anakin Skywalker, apparaissant à la fin de l’épisode 6. De même, peut-être élirons-nous un jour à la tête de la France quelqu’un de juste, de bien, guidé par Sattva ? Souvent les dirigeants reflètent leur pays. Combien de temps allons nous continuer à vivre dans la colère, la corruption, le mensonge, l’hypocrisie ? Sans doute quand nous nous serons défaits nous-même de tout ça.

Pas de châtiment, pas de purgatoire, pas de revanche : il est juste offert à Dark Vador de saisir une opportunité de faire le bien, l’action juste, et de retrouver sa nature de lumière, ce qu’il fait. Krishna parle à Arjuna justement de ce changement :”Si même un homme de conduite très perverse se tourne vers Moi avec un entier, un unique amour, il doit être regardé comme un saint car la ferme volonté d’effort en lui est une volonté juste et complète” (verset 30 p 184).

LES POUVOIRS DES YOGIS ET DES CHEVALIERS JEDI

Les Jedi disposent d’une capacité à sentir et à manipuler la Force : c’est un mystérieux qui les rend capable d’influencer les pensées d’autrui, de déplacer des objets, de léviter, de communiquer grâce à la télépathie, de prophétie, mais aussi la capacité à sortir de son propre corps… C’est ce qu’on appelle les Sidhis en yoga ! Ils sont décrits au chapitre III du Shiva Samitha, un texte classique du yoga.

Dans Star Wars, ce qui est la Force est en réalité le Prana : c’est la force vitale (oui oui vous avez bien lu) qui nous entoure, nous relie, et est présent dans tout être vivant. L’univers est un système vivant, organique, obéissant à une intelligence supérieure : si nous sommes capables, comme les Jedis, de nous connecter à cette force, alors nous pouvons puiser en elle des ressources insoupçonnées.

Dans l’épisode 1 de la saga Star Wars, le sang d’Anakin Swkywalker est étudié par Qui-Gon Jinn : le maître jedi note alors la forte concentration en midichloriens, signe d’une grande Force chez l’individu.

“Les midichloriens sont une représentation des mitochondries, qui sont nécessaires au processus de division cellulaire et probablement aux premières formes de vie. » dixit Georges Lucas. Les mitocondries sont les parties de la cellule qui lui fournissent l’énergie (et oui vous avez bien lu) pour accomplir ses tâches.

Ce n’est rien d’autre que le prana, cette force qui soutient l’univers, et notre corps, et que nous ressentons en Yoga ou en Energétique.

@yogahellraiser058

Voilà, c’était mon très long article sur la saga de Georges Lucas : je vous invite du coup à regarder la saga de Star Wars avec un autre oeil… et en conscience ^^ et évidemment à lire la Bhagavad Gîta, ce texte de sagesse indienne.

Et si toi aussi tu veux devenir un Jedi, rejoins la formation professeur de yoga en ligne !

Namasté ! Que le yoga soit avec toi !

Diane Taes

Mots clés utilisés pour la recherche :

  • qu’est ce que la force dans Star Wars
  • Prana Force
  • Qu’est ce que le prana
  • Analyse de la Bhagavad-Gita
  • Explications de la Bhagavad-Gita
  • les jedi seraient-ils des yogis ?

Leave your thought

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.